Sorties DVD – Avril 2018

Vincennes, l’université perdue de Virginie Linhart :

L’Université de Vincennes, ouverte à l’automne 1968, a été créée dans le sillage des événements du mois de mai pour promouvoir un autre système d’enseignement : suppression des cours magistraux, des limites d’âge, ouverture aux paysans et aux bac – 3, naissance d’un département de psychanalyse, création de cours du soir pour les ouvriers, autant de choses impensables pour un pouvoir gaulliste à bout de souffle. Retour sur cette aventure qui a voulu faire rimer liberté avec éducation.

 

Des Bobines et des hommes de Charlotte Pouch

En juin 2014, le patron de l’usine textile Bel Maille annonce à ses ouvriers le redressement judiciaire de l’entreprise. Au rythme des machines, la chronique de ces quelques mois nous fait rencontrer des Hommes lucides et extraordinaires qui vont affronter jusqu’au bout la réalité sans se résigner.

 

A l’Ouest du Jourdain d’Amos Gitaï

Amos Gitaï retourne dans les territoires occupés pour la première fois depuis son film documentaire JOURNAL DE CAMPAGNE (1982). Gitaï circule en Cisjordanie, où il est témoin des efforts citoyens israéliens et palestiniens pour tenter de dépasser les conséquences d’une occupation qui dure depuis cinquante ans.

 

Diane a les épaules de Fabien Gorgeart

Sans hésiter, Diane a accepté de porter l’enfant de Thomas et Jacques, ses meilleurs amis. C’est dans ces circonstances, pas vraiment idéales, qu’elle tombe amoureuse de Fabrizio.

 

Coffret « La Trilogie du mal » de Barbet Schroeder

Le Général Idi Amin Dada, Jacques Vergès, ou le moine birman Ashin Wirathu, trois visages qui incarnent différents aspects du mal. Cette trilogie du mal est réunie pour la première fois dans un même coffret.

 

Titicut Follies de Frederick Wiseman

Bridgewater (Massachusetts), 1967. Frederick Wiseman tourne Titicut Follies, son premier film, dans une prison d’État psychiatrique et atteste de la façon dont les détenus sont traités par les gardiens, les assistants sociaux et les médecins à l’époque. Ce qu’il révèle a valu au film d’être interdit de projections publiques aux États-Unis pendant plus de 20 ans. Témoin discret et vigilant des institutions, Frederick Wiseman pose, avec Titicut Follies, les bases de ce qui fait son cinéma depuis 50 ans.

 

Ana mon amour de Calin Peter Netzer

L’histoire d’amour d’Ana et Toma commence dans une chambre d’étudiant. Ils sont jeunes, beaux, sensibles et exaltés ; ils s’aiment furieusement et rêvent de refaire le monde. Mais quand vient le temps d’affronter leurs démons, réels ou imaginaires, les amoureux s’accrochent désespérément l’un à l’autre, au risque de tout faire voler en éclats.

 

Makala d’Emmanuel Gras

Au Congo, un jeune villageois espère offrir un avenir meilleur à sa famille. Il a comme ressources ses bras, la brousse environnante et une volonté tenace. Parti sur des routes dangereuses et épuisantes pour vendre le fruit de son travail, il découvrira la valeur de son effort et le prix de ses rêves.