Sorties DVD du mois de mai

- ORNETTE. Made in America de Shirley Clarke (collection Out Loud)
Pendant plus de vingt ans, Shirley Clarke a recueilli les mots et les notes d’Ornette Coleman, multi-instrumentiste génial et inventeur du free jazz. Film aux frontières du documentaire et du cinéma expérimental, Ornette, Made in America brosse en creux le portrait de l’Amérique ultra-libérale, raciste et expansionniste où grandit le compositeur. Un film tour à tour émouvant, ébouriffant et hypnotique où la fougue improvisatrice de l’un croise l’invention débridée de l’autre.

 

- LEONARD COHEN. Bird on a Wire de Tony Palmer (collection Out Loud)

En 1972, Leonard Cohen part sur les routes d’Europe pour une tournée qui le conduira à Jérusalem. mais le chanteur réputé le plus déprimant de sa génération ne laisse pas derrière lui sa mélancolie et les concerts se teintent bientôt d’une sublime noirceur. Séquences live inoubliables, confessions entre deux avions, lectures de poèmes dans des chambres d’hôtels enfumées … Un document indispensable à tous les amoureux de la folk désenchantée de Cohen.

 

- FRANK ZAPPA. Eat that Question de Thorsten Schütte (collection Out Loud)
Un portrait en mille morceaux de Zappa à travers son personnage public et sa relation houleuse avec les médias. Montage échevelé d’émissions télé décapantes et de performances scéniques oubliées, Eat that Question nous révèle deux facettes d’un artiste complexe, à la carrière longue de trente ans. Zappa a été à la fois un compositeur charismatique, qui exultait sur scène et un débatteur intelligent et sans compromis, qui n’a jamais renoncé à ses convictions.

 

- POURQUOI NOUS DÉTESTENT-ILS ? d’Alexandre Amiel, Amelle Chahbi, Lucien Jean-Baptiste


Pourquoi nous détestent-ils ? est un documentaire réalisé et incarné par Amelle Chahbi, Alexandre Amiel et Lucien Jean-Baptiste. Chacun d’eux se concentre sur les relations qu’entretient la France avec l’une des composantes de sa population : les Musulmans, les Juifs et les Noirs.

Sous la forme d’une investigation journalistique, le trio de réalisateurs remonte à l’origine des clichés racistes afin de les questionner, pour mieux les démonter. Ils confrontent ainsi leurs singularités à des discours antisémites, xénophobes et racistes tenus par des militants, des hommes politiques, ou encore des éditorialistes. De ces échanges, parfois abrupts, souvent glaçants, ressort toute la contradiction de ces dérives idéologiques, en passe d’être banalisées dans la société française contemporaine.

 

- UNE SEMAINE ET UN JOUR d’Asaph Polonsky
À la fin du Shiv’ah – les 7 jours de deuil dans la tradition juive – l’existence doit reprendre son cours. Tandis que Vicky, sa femme, se réfugie dans les obligations du quotidien, Eyal, lui, décide de lâcher prise… Avec un ami de son fils défunt, il partage un moment de liberté salvateur et poétique, pour mieux renouer avec les vivants…

Tisser minutieusement un film lumineux, drôle et léger à partir d’un sujet grave, telle est l’ambition d’Une semaine et un jour. Une sélection plus que méritée à la Semaine de la Critique du Festival Cannes et un premier long métrage qui fait d’Asaph Polonsky un cinéaste à suivre.

 

Tous ces films sont disponibles dès à présent dans notre boutique.